Publié le

Centre de la mémoire

Sa création

Le projet d’un équipement culturel visant à informer les visiteurs est initié par Jean-Claude PEYRONNET, président du Conseil général de la Haute-Vienne, en accord avec l’ANFMOG et la municipalité d’Oradour. Il est présenté à François MITTERRAND en 1989.

Engagé en 1992 par le Conseil général, ce projet reçoit le soutien financier du ministère de la Culture, du ministère des Anciens Combattants, de la région Limousin et de l’Union Européenne. Le plan soumis par Yves DEVRAINE (scénographe), Jean-Louis MARTY et Antonio CARRILERO (architectes) et Bernard LASSUS (paysagiste) remporte le concours international de maîtrise d’œuvre.

Le 16 juillet 1999, le Centre de la mémoire est inauguré par Jacques CHIRAC, Président de la République. Dans son discours, le chef de l’Etat rappelle que le massacre d’Oradour s’inscrit dans la longue liste des atrocités commises par les hommes dans l’Histoire. Si l’objectif est de conserver le souvenir du 10 juin 1944, il est aussi de faire d’Oradour le symbole des villages martyrs de toutes les guerres (Seconde guerre mondiale, Yougoslavie, Kosovo, Rwanda…).

Ses activités

Sous la responsabilité de son directeur, Richard JEZIERSKI, une équipe professionnelle de 30 personnes accueille 130 000 visiteurs par an et réalise des activités spécifiques : expositions, actualisation de la recherche et de la documentation, éditions, rencontres et débats.

Le Centre accueille ainsi chaque année près de 60 000 scolaires, en provenance de toute la France et de pays étrangers, pour des visites d’une journée. Il assure également la formation des enseignants du second degré dans le cadre des «plans académiques de formation» qui leur permettent d’actualiser leurs connaissances.

Le Centre gère aussi un important fonds documentaire constitué d’archives, d’ouvrages, de photos et films relatifs à Oradour-sur-Glane, la Seconde Guerre mondiale, les massacres contemporains et l’importance de la mémoire. Ce fonds sera bientôt accessible en ligne.

En tant que structure internationale, le Centre participe aux grandes rencontres européennes de jeunes étudiants engagés dans des actions civiques. En 2008/2009, il a également cogéré avec l’OFAJ une rencontre dédiée aux lieux de mémoire difficiles.