R5 autour d’un maquis.

 

Deux hommes se retrouvent à la Libération, dans une ville de la Haute-Vienne. L’un des deux avait pris le maquis, et entreprend le récit de ses années de résistance pour son compagnon. Son commentaire joue avec humour sur les tactiques mises au point par les résistants pour échapper aux oreilles indiscrètes : tout en sous-entendus, litotes et antiphrases, il dévoile à mots couverts les activités de son bataillon, en décalage avec les images qui l’accompagnent, on ne peut plus explicites.

Les reconstitutions filmées qui illustrent le commentaire montrent en effet les résistants à l’œuvre. Elles insistent sur la puissance, l’organisation et l’efficacité de la Résistance dans le Limousin, ainsi que sur l’appui de toute la population (gendarmes, paysans, émissaires féminins à vélo…). Outre des images de sabotages et de parachutages, il est rappelé de ne pas oublier le sacrifice des résistants fusillés par les nazis. Il est également dit que les armes venues de Londres n’étaient « pas trop nombreuses ».

Générique : «La Commission Militaire du Conseil National de la Résistance présente R5 Autour d’un maquis. Ce film a été réalisé d’après des évènements authentiques avec le concours de combattants F.F.I. du maquis Limousin dont l’action dans cette seule région de Limoges (dénommée R5 dans la clandestinité) coûta à l’ennemi 10 000 morts et 23 000 prisonniers et retarda de plusieurs jours les divisions blindées de S.S. en marche vers la Normandie. Il ne donne qu’un aperçu de ces héroïques volontaires que n’arrêta ni la mort ni même la torture».

Réalisation : Paton et Georges Lannes
Avec Pierre Louis et René Blancard

Lieux et monuments : Haute-Vienne (campagnes, fermes, villages : Eymoutiers?)
Lieux, évènements et personnes : Oradour, Alsace ; Goebbels, Philippe Henriot, Guingouin Georges

Lieux de consultation : Ciné-Archives, Archives françaises du film, Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, BNF, Forum des images